ALFA
Accueil    Publicité    Liens    Album photos    Documents    Agenda    Evènements    Contactez-nous
www.journalfa.ca
 
Mai 2011

Tunisie : un coup d'État en préparation?

En cas de victoire des islamistes, l'ancien ministre de l'Intérieur prédit un putsch de l'armée

Tunisie : un coup d'État en préparation?
Le général Rachid Ammar (DR)

Le ministère tunisien de la Défense a dénoncé vendredi 6 mai les déclarations de l'ancien ministre de l'Intérieur Farhat Rajhi, qui a suscité un vif émoi en dénonçant la préparation d'un coup d'État militaire en cas de réussite des islamistes aux élections de 24 juillet.



Ces propos représentent un grand danger pour la révolution du peuple tunisien et pour la sécurité du pays actuelle et future, a indiqué le ministère dans un communiqué, cité par l'agence officielle TAP.



Ces déclarations demandent une analyse approfondie sur les motivations et les objectifs (de M. Rahji) et cela ne peut être fait qu'à travers la justice afin qu'aucune partie ne puisse à l'avenir jouer avec la sécurité de pays et les principes de la révolution, selon les termes du communiqué qui ne précise pas si le ministère compte déposer une plainte contre M. Rajhi.



Dans une vidéo postée sur Facebook dans la nuit de mercredi à jeudi, M. Rajhi, qui jouit d'une grande popularité, avait déclaré que si le mouvement islamiste Ennahda (Renaissance) gagne les prochaines élections, le régime sera militaire.



M Rajhi a confirmé avoir tenu ces propos jeudi sur la radio tunisienne Express FM.



Dans cette interview, M. Rahji avait déclaré que le dernier voyage du Premier ministre tunisien Béji Caïd Essebsi à Alger (le 15 mars) a consisté à se coordonner sur ce point, ajoutant que la nomination, le 18 avril, du général Rachid Ammar au poste de chef d'état-major interarmes n'est qu'une préparation à ce coup d'État.



Selon le ministère de la Défense, les allégations de M. Rajhi, ne vont pas atteindre le moral de l'armée nationale ni celui de ses cadres et ne vont que renforcer la volonté de l'armée de continuer à faire son devoir comme elle l'avait promis à maintes reprises pour préserver le régime républicain et la révolution des jeunes de la Tunisie.



Dans une déclaration à l'AFP, M. Rajhi avait affirmé qu'il a une bonne relation avec le général Ammar.



Mes propos ne sont que des hypothèses dans l'absolu qui ne visaient à porter atteinte à personne et je ne suis pas responsable des interprétations, a-t-il ajouté, affirmant qu'il n'était pas dans ses intentions de créer un climat de tension.







AFP
Mise en ligne :06/05/2011



 
Tous droits réservés au Journal de la communauté maghrébine
www.journalfa.ca

Conception et réalisation RACHIDIA INC.