ALFA
Accueil    Publicité    Liens    Album photos    Documents    Agenda    Evènements    Contactez-nous
www.journalfa.ca
 
Avril 2010

Michel Chartrand, la mort d'un juste

Toujours aux côtés des humbles, des opprimés, des humiliés, des exploités ce syndicaliste qui n’avait par peur des mots laisse un vide qui n’est pas prêt d’être comblé

Michel Chartrand, la mort d'un juste
Michel Chartrand (D.R)

Michel Chartrand est mort. J'ai connu le militant par le biais de la CSN dans les années 1980 et j'ai tout de suite été séduit par l’homme. Sa sincérité, son énergie, sa faconde, son grand rire, ses propos directs sans aucune trace de langue de bois, mais surtout sa liberté totale de pensée et d'expression et son esprit critique qui ne s'en laissait conter par personne, fut-il grand-prêtre ou pape idéologique, m’ont profondément marqué. Plus tard dans les années 1992 - 1993, au plus noir de la terreur islamisto-fasciste dans mon pays natal, il a été le premier adhérent québécois au Comité de soutien à la démocratie en Algérie que nous avions fondé avec l'aide solidaire de la CSN. Son engagement aux côtés des progressistes et des démocrates algériens était pourtant bien antérieur à cette époque puisqu'avec des gens comme René Lévesque il s'était résolument engagé en faveur du peuple algérien en lutte pour son indépendance. Toujours du côté des humbles, des opprimés, des humiliés, des exploités, il vouait une haine inextinguible à ceux qui haïssaient et méprisaient une partie, et donc toute l'humanité : capitalistes égoïstes et exploiteurs, colonialistes, fascistes, racistes, ultras sionistes et autres émules des nazis, sabreurs, fauteurs de guerre, intégristes religieux hypocrites et fanatiques... Lui, aimait l'amour, la vie, la joie, le rire, les femmes, dont feue sa compagne Simonne représentait pour lui la quintessence, et l'Homme qui conquit sa majuscule le jour où il refusa de vivre à genoux. Liberté, Fraternité, Équité, Solidarité, ces mots il les écrivait partout et sans cesse par ses actes. Je suis sûr d’exprimer la profonde tristesse des démocrates et des laïques algériens du Québec et d’Algérie, et je me fais leur interprète pour présenter nos profondes condoléances à sa famille, à ses proches, à ses camarades de combat et à tout le peuple québécois qui vient de perdre un grand homme.



Djamel Khellaf
Mise en ligne :14/04/2010



 
Tous droits réservés au Journal de la communauté maghrébine
www.journalfa.ca

Conception et réalisation RACHIDIA INC.